La Légende de l’église de Brentor

Les géants étaient tous morts et les sorcières s’étaient enfuies du Pays de Galles, chassées par les amis de Bowerman le Chasseur. Mais un mauvais génie était toujours là. Le Diable rôdait sur la lande, cherchant des victimes et terrorisant la contrée. On pouvait trouver refuge dans les églises ou auprès des croix des chemins, mais les habitants de Dartmoor savaient que le Diable n’attendait qu’un petit faux-pas pour fondre sur sa victime et l’emporter.

Un jour, on signala un riche vaisseau marchand qui remontait la Manche, rapportant d’Orient des soieries et des épices. Cela faisait longtemps que le Diable n’avait pas trouvé de victime, grâce à la vigilance des habitants de la lande ; il décida donc sur-le-champ de naufrager le navire et de détruire sa cargaison.

Cette nuit-là, il fit se lever une terrible tempête. La pluie et le vent éteignirent les feux sur la côte et sur le haut de Beacon Tor ( que nous nommons maintenant Brentor). La nuit était noire comme de la poix, sauf lorsqu’il y avait des éclairs. Le vent mugissait, drossant le navire vers les rochers de la côte, et le tonnerre roulait de façon assourdissante.
Toute la nuit, le capitaine de « La Vertu » (c’était là le nom du vaisseau) batailla pour garder son navire à flot et le maintenir à distance des rochers déchiquetés, tandis que Hughes le marchand était en bas en prières.

Le Diable survolait le navire, qu’il contrôlait totalement ; il ricanait et poussait des glapissements de plaisir tandis que le vaisseau s’approchait des rochers, menant l’équipage à une mort certaine.
A l’aube, le vieil Hughes s’agenouilla sur le pont, dans le roulis, et pria son saint patron, Saint Michel. Il fit vœu que, si le navire était sauvé, il ferait bâtir une église qu’il dédierait à Saint Michel, à l’endroit le plus élevé que ses yeux apercevraient en premier sur la terre ferme.
Presque aussitôt, le vent mollit et changea de direction, éloignant le vaisseau du rivage. Le Diable, enragé, rassembla tout son pouvoir, mais contre Saint Michel, il n’était pas de taille…
Dès que Hughes le marchand mit pied à terre, il se mit en devoir d’accomplir son vœu en faisant bâtir une église sur Brentor, qui était l’endroit la plus élevé qu’il ait aperçu après la tempête. C’était une entreprise d’envergure, comme le comprendront ceux qui sont montés sur Brentor ; mais le marchand reconnaissant se mit à la tâche sans épargner sa peine, donnant de son argent et de son énergie jusqu’à ce qu’il eût rassemblé tous les matériaux nécessaires au sommet du tor abrupt. Hughes poussa alors un soupir de soulagement à la pensée que sa tâche serait bientôt achevée.

Cette même nuit, cependant, le Diable se trouva passer par-là, et se rendant compte immédiatement de ce qui se passait, la colère le prit et il éparpilla les matériaux de construction aux alentours du tor, ricanant pendant tout ce temps-là d’une joie mauvaise.
En arrivant le lendemain matin  Hughes eut un choc à la vue de ce qui s’était passé ; mais il ne fut pas abattu pour autant. Il recommença l’opération, remontant les pierres jusqu’en haut. Chaque nuit, le Diable éparpillait les matériaux et chaque matin le vieil Hughes les remontait en haut du tor. Au bout de quelques semaines, Saint Michel, réalisant ce qui était en train de se passer, vit bien que le vieil Hughes aurait besoin d’aide pour accomplir son vœu et décida d’intervenir.BrentorQuand le Diable survint la nuit suivant, il trouva Saint Michel qui l’attendait. A la vue de son vieil ennemi, le bon saint saisit un gros bloc de granite et le jeta sur le Diable qui avait fait demi-tour pour s’enfuir. Le rocher l’atteignit au talon et il décampa en hurlant de rage et de douleur. Grâce à cette blessure, le Diable se tint à l’écart du chantier, permettant ainsi au vieil Hughes de terminer sa tâche et de faire consacrer l’église.

L’église de Brentor est la plus petite de la lande, car le pauvre Hughes, dans sa longue bataille avec le Diable, avait perdu beaucoup d’argent. Cependant elle est toujours debout, en hommage à Saint Michel et à la détermination du vieil Hughes le marchand qui la fit construire.